Introduction au voyage

Organiser un séjour en Israël n’est pas une chose aisée. La crainte de la l’insécurité rebute beaucoup de personnes, c’est dommage. On peut dire que l’on est plus en sécurité là-bas que dans certaines cités de France. Nous allons voir d’abord comment nous déplacer pour rejoindre ce pays dans le seul aéroport International du centre du pays. Plus pratique pour rayonner. J’ai classé les rubriques dans le menu et donc à vous de chercher un peu et de prendre ce qui vous intéressé. Pour conclure, soyons précis, je ne parle ici que le l’Etat d’Israël et pas des territoires voisins amis ou ennemis.

Israël est avant tout un lieu de pèlerinage qui abrite de nombreux lieux saints du judaïsme et du christianisme. 4 000 ans d’histoire ont façonné ce pays où les traditions restent fortement ancrées. À Tel-Aviv, la jeunesse israélienne a créé une ambiance plus décontractée, plus proche de l’Occident. Considérée comme le centre économique et financier du pays, cette ville concentre aussi l’essentiel de l’animation nocturne. Le contraste avec le reste du pays est saisissant. À Jérusalem, les visiteurs ont droit à un voyage dans le temps dans la vieille ville ainsi qu’à une expérience spirituelle hors du commun. Même si la communauté internationale n’a toujours pas reconnu la cité comme étant la capitale israélienne, la ville la plus sainte du monde compte parmi les plus actives du pays, et réserve quelques attractions inédites aux familles, notamment des activités articulées autour de la Bible.

Bonne découverte.

Un chapitre pour quelques explications……

Voici les éléments qui composent le calendrier juif :

  • La journée : elle comprend le jour, et la nuit qui le précède. Elle ne s’étend pas de minuit à minuit, mais commence à la tombée de la nuit, jusqu’au soir suivant.
  • La semaine est le groupe de sept jours qui se termine par le Shabbat (du vendredi soir au samedi soir). Le premier jour de la semaine est le dimanche (commençant le samedi soir, après Shabbat).
  • Le Shabbat est le septième jour de la semaine. C’est le jour où Dieu s’est reposé après avoir créé le monde en six jours.
  • Le mois est lié à la rotation de la Lune autour de la Terre. C’est la période qui s’étend entre deux nouvelles lunes consécutives.
  • L’année est un ensemble de mois lunaires. Mais le rituel juif suit aussi le rythme des saisons. L’année juive est donc une combinaison luni-solaire.

La religion :

La religion est omniprésente en Israël. Sur Jérusalem principalement. Outre les Juifs orthodoxes, nous trouvons des catholiques grecs qui détiennent les clés de tous les bâtiments religieux liés à la chrétienté.

Les Juifs orthodoxes sont très durs avec la religion. Le quartier de Mear Shevim est leur lieu de résidence. Se promener un jour de shabbat là dedans en short et en décolleté vous attirera immanquablement des jets de pierres. Je n’aime pas ces gens là. Ils ne font pas l’armée ou pas beaucoup, ils prient aux frais de l’Etat et sont d’une incroyable intolérance. Ils vivent entre eux et n’aiment pas Israël. Voir en plein été, des enfants couverts de la tête aux pieds me laissent un goût amer dans la bouche. Pourtant, lorsque vous posez une question sur un passage de la Torah, ils sont remarquables d’analyses et de connaissances. Par chance, il y a en Israël des religieux tout à fait fréquentables.

La circulation routière :

La circulation est particulière en Israël. Le piéton n’est pas en odeur de sainteté. Ne vous amusez pas à traverser une voie si le feu n’est pas pour vous.

Le pays est petit et les routes sont correctement entretenues. Il est difficile de se perdre en Israel. Il faut juste éviter certains lieux, notamment le West Bank et Gaza. Le reste est sans difficulté. La conduite de l’israélien est souvent fantaisiste. Ils se moquent des barrières de passage à niveau, double à droite ou à gauche sur les Higways et autre grande route et le klaxon est érigé en dogme. Il y a peu de motards et pratiquement pas de cyclistes. Fous, mais pas au point de risquer leurs vies en permanence. Le soir, tout le monde s’arrête sur le bas côté pour la prière. Assez original.

Il y a des limitations de vitesse comme dans tous les pays. Peu de policiers en patrouille, plutôt des surveillances près des grands carrefours. Les policiers qui gèrent les routes sont des volontaires. Un conseil important, arrêtez-vous si on vous le demande.

Le tir est un sport national et vous êtes suspecté d’être un terroriste si vous n’obtempérez pas. Après, vous pourrez discuter sans problèmes. L’Israélien est le peuple le plus bavard de la terre.

Les panneaux indicateurs sont en trois langues, Hébreu, Anglais et Arabe.

Autre chose intéressante en Israël, si vous êtes en panne sur le bas coté, vous verrez souvent un autre israélien s’arrêter pour vous dépanner. Les poids lourds là-bas sont aussi pénibles qu’en France, mais lorsque vous êtes sur une route de montagne ou sur la Route Numéro 1, ils se glissent sur le bas côté pour ne pas ralentir la circulation. Pas comme nos collègues viticulteurs français, qui se moquent royalement de provoquer des bouchons importants.

L’armée :

Autant l’avouer, le vert kaki est la couleur principale de l’état. Les militaires sont omniprésents et ce, partout. Le moindre village isolé et vous y verrez des uniformes. Les engins militaires sont nombreux sur les routes. Trois ans de service pour un garçon et deux ans pour les filles. Rien de plus charmant que de voir une fille superbe avec un M16 en bandoulière. Le seul hic, évitez de leur mettre la main aux fesses. Vous risquez gros.

En Israël, toutes les discussions tournent autour de l’armée et de ses choix. C’est très complexe. Plutôt que de rentrer dans les détails, je vous recommande la lecture des ouvrages de Pierre Razoux, éminent historien et spécialiste reconnu de Tsahal.

Si vous avez l’intention de prendre des photos de certains sites, par exemple ‘’ l’usine de textiles ‘’ de Dimona, vous verrez arriver une patrouille qui vous demandera gentiment d’aller faire des clichés ailleurs. Les exercices sont nombreux, dans le désert mais aussi sur le Golan. Surtout en ce moment. En fait, tout israélien a fait son service militaire. Hormis certains religieux comme vu plus haut.

Le ciel est souvent, même très souvent traversé par des avions de chasse ou des hélicoptères. Une journée du coté de Beersheba et vous avez les oreilles pleines du bruit des réacteurs de F15.

La nourriture :

Attention au régime et à la prise de poids. La table en Israël est riche et le repas est sacré. Vous trouverez toutes les cuisines du Monde amenées ici par la Diaspora, du Yéménite, du Libanais, du Russe etc. etc.

Le tout est casher. Salades, poissons, tout est copieux et servi à discrétion. Goûtez le café turc, il est excellent. Découvrez les falafels, ces sandwichs de pita avec des boulettes de pois chiches accompagnées de salades et d’houmous. Le vin n’est pas encore trop répandu, vous aurez souvent du coca ou du soda.

Et chaque israélien vous fera découvrir la cuisine de son pays d’origine. Un pur régal.

Si l’on se plonge dans les règles de la cashroute, nous avons des pages entières à rédiger et à lire. La complexité des interdits est considérable. Cela n’empêche pas la qualité des mets et permet d’ouvrir des discussions particulièrement intéressantes.

L’état d’esprit d’un israélien :

Nos diverses rencontres nous ont confortés dans une analyse très particulière de l’état d’esprit de la rue israélienne. Rien ne semble devoir détourner les gens d’une féroce envie de vivre et de profiter du temps présent.

Tout est fait comme si demain le pays allait être rayé de la carte. L’israélien voyage, se restaure et vit pleinement une situation où chaque matin il peut être confronté à la mort, lui-même ou l’un des membres de sa famille.  Incroyable école de la vie.

L’Etat d’Israël en quelques mots:

Nom officiel : Etat d’Israël

* Régime politique : démocratie parlementaire

* Capitale: Jérusalem

* Superficie : 28 643 km carrés

* Population : 7 millions d’habitants

* Répartition par religion :

  • Juifs 76,5 % ;
  • Musulmans 16 % ;
  • Chrétiens 2 % ;
  • Druzes 1,5 % ;
  • sans obédience religieuse définie 4 % ;

* Langues officielles : hébreu et arabe

* Monnaie : shekel

* PIB par habitant : 22 944 dollars US (calculé sur la base du pouvoir d’achat)

* Qualité de vie (classement mondial) : 22e rang au monde

* Indicatif téléphonique international : 972

* Suffixe internet : il.

Situé au Proche-Orient, dans l’étroite bande de terre qui relie l’Afrique à l’Asie, l’Etat d’Israël occupe quasiment tout le territoire de la Terre d’Israël.

Pays développé, Israël est situé dans un territoire diversifié sur les plans géographique et climatique. Aux sommets enneigés du nord du pays s’opposent les étendues sèches et désertiques du sud, et les zones désolées aux villes modernes et dynamiques. La mosaïque ethnique et religieuse du pays, particulièrement riche et diversifiée, est exprimée dans les nombreuses instances culturelles et de loisirs du pays. Grâce à sa longue histoire et au caractère sacré qui lui est attribué par les trois grandes religions monothéistes, le pays recense d’innombrables lieux saints et sites historiques. Le climat d’Israël est la plupart du temps tempéré. Les touristes visite le pays toute l’année, toutefois les saisons les plus douces et les plus agréables restent le printemps et l’automne (septembre-novembre et avril-juin). 

-Emblèmes de l’Etat d’Israël:

Le drapeau d’Israël est formé de deux bandes bleues séparées par une étoile de David sur fond blanc. L’hymne national de l’Etat est Hatikva (“L’espoir”) dont les paroles ont été écrites par le poète Naphtali Herz Imber (1856-1909) et dont la musique est empruntée à un chant folklorique roumain dont s’inspira le compositeur tchèque Smetana dans son poème symphonique Ma Patrie. 
En 1933, Hatikva fut choisi pour hymne par le mouvement sioniste avant d’être adopté comme hymne national lors de l’établissement de l’État d’Israël en 1948. Il fallut toutefois attendre 2004 pour qu’il soit formellement reconnu hymne national par la Knesset (le parlement israélien).

L’emblème de l’Etat d’Israël est le chandelier à sept branches ou menorah, encadré de deux rameaux d’olivier et portant la mention Israel sous le socle. Cette menorah est une réplique du chandelier sculpté en bas-relief sur l’Arc de triomphe de Titus à Rome et figurant la victoire du général romain lors de la Grande Révolte juive et la destruction du Temple de Jérusalem en l’an 70 de l’ère chrétienne. Quant aux rameaux d’olivier, ils sont mentionnés par le prophète Zacharie. La menorah gravée sur l’Arc de triomphe de Titus symbolise non seulement le passé glorieux du peuple d’Israël mais aussi la défaite des juifs et le début de la diaspora. Elle évoque également le lien qui relie l’Etat moderne d’Israël à son passé glorieux, le retour de cette menorah précisément dans la patrie du peuple juif longtemps exilé, autrement dit le processus de fin de la diaspora.

-Le régime politique israélien:

Démocratie parlementaire, l’Etat d’Israël a à sa tête un président au rôle essentiellement honorifique et représentatif. Dans les faits, le pays est régi par trois pouvoirs : le législatif (la Knesset), l’exécutif (le gouvernement) et le judiciaire.

-Le pouvoir législatif:

Appartient à la Knesset dont les 120 députés sont élus tous les quatre ans au suffrage universel sur des listes de partis. La Knesset vote les lois, prend des décisions politiques et contrôle les activités du gouvernement.

-Le pouvoir exécutif:

Appartient au gouvernement chargé d’appliquer les lois votées par la Knesset et du bon fonctionnement des institutions. Le Premier ministre, député à la Knesset, est investi par le président de l’Etat de la responsabilité de la formation d’un gouvernement qui doit être entériné par la Knesset. Depuis la création de l’Etat d’Israël aucun parti politique n’a obtenu la majorité absolue à la Knesset. Il s’ensuit que tous les gouvernements israéliens ont toujours été des gouvernements de coalition.

-Le pouvoir judiciaire:

Il est responsable de la bonne application des lois. A sa tête siège la Cour suprême, instance d’appel des jugements émis par les tribunaux et qui siège également en tant que Haute Cour de justice pour les pétitions soumises par des citoyens israéliens contre les instances officielles. Outre les tribunaux civils à proprement parler, le système judiciaire israélien prévoit des instances possédant autorité pour émettre des jugements dans des domaines spécifiques, notamment en matière de droit du travail, en matière militaire et en matière religieuse (tribunaux juifs, musulmans, chrétiens et druzes) chargés des mariages et des divorces.

-L’économie israélienne:

Israel a atteint des records exceptionnels dans le secteur économique. En dépit du peu de ressources naturelles, des guerres récurrentes et des vagues d’immigration qui ont pesé d’un poids très lourd sur le pays, Israël se trouve dans le peloton de tête des pays les plus prospères au monde. Deux raisons majeures expliquent ces performances économiques : l’aide étrangère qui depuis la création de l’Etat atteint la somme totale de quelque 100 milliards de dollars, et le haut niveau de qualification de la main-d’œuvre locale.

Depuis l’indépendance de l’Etat en 1948, les revenus des exportations israéliennes sont passés de 30 millions de dollars par an à plus de 30 milliards. En moins de six décennies, de nombreuses mutations sont intervenues dans la production nationale. Consistant essentiellement en agrumes, diamants taillés et en quelques produits industriels au cours des premières décennies de l’Etat, les exportations actuelles proviennent pour une grande part du secteur des technologies de pointe : électronique, logiciel et matériel, optique, communications et équipements médicaux sophistiqués.

Au fil du temps, la politique économique israélienne a profondément évolué. Très fortement centralisatrice à ses débuts, l’économie locale impliquait des interventions massives de l’Etat. Depuis le revirement politique de 1977, la politique économique des gouvernements successifs a connu un profond bouleversement qui s’est traduit, dès les années quatre-vingt, par l’adhésion à une idéologie fondée sur les principes du libéralisme.

-Le PIB (produit intérieur brut) :

Le PIB d’Israël atteint à l’heure actuelle 154 milliards de dollars par an (51e rang mondial), le PIB par habitant quelque 22 944 dollars (44e rang mondial). Les exportations israéliennes totalisent la somme de 42 milliards de dollars par an, les importations dépassent de peu ce chiffre, avec 45 milliards de dollars par an. Le taux de croissance annuelle avoisine 5 %, le taux d’inflation ne dépasse pas 2 % et le taux de chômage 8, 9 %. Le secteur prédominant de l’économie israélienne est celui des technologies de pointe, véritable levier de la croissance économique du pays dans les années quatre-vingt dix. Citons également au palmarès de l’économie nationale ces secteurs performants que sont les industries pharmaceutiques et chimiques, le tourisme, les industries militaires, le secteur métallurgique et celui de la taille des diamants.

-Horaires en Israël:

– Les boutiques et magasins : en principe, ouverts du dimanche au jeudi de 9h à 19h (certains font une pause de 13h à 16h). Les grandes surfaces ferment en général à 22h. Tous les commerces et les services sont fermés pendant le shabbat, du vendredi vers 14h au samedi soir ou au dimanche matin. Certains magasins ou services baissent également le rideau le mercredi.

Sachez aussi que :

– Les boutiques tenues par les musulmans ferment le vendredi ; 
– Les boutiques chrétiennes ferment le mardi après-midi. 
– Les bureaux de change : ouverts du dimanche au jeudi, 9h-19h, le vendredi 8h30-14h (ou 15h). Fermés le samedi.

Les banques : en général, ouvertes de 8h30 à 13h (12h le vendredi). Certaines ouvrent de 16h à 18h30, deux fois par semaine. Le samedi, elles sont fermées.

Les bureaux de poste : les bureaux principaux sont ouverts du dimanche au jeudi de 8h à 18h, et le vendredi de 8h à 12h. Fermé le samedi. Pour les bureaux « secondaires », certains ferment le mercredi à 13h30. D’autres font une pause de 12h30 à 15h30, deux fois par semaine.

Les musées : relativement variables d’un musée à l’autre. Grosso modo, ouverts du dimanche au jeudi, de 10h à 16h (ou 18h), le vendredi jusqu’à 13h environ. Le samedi, ils ferment vers 14h ou 15h ou bien n’ouvrent pas de la journée.

Les parcs et réserves naturelles: en moyenne, ouverts tous les jours, y compris le samedi, de 8h à 17h (16h d’octobre à avril) ; fermeture 1h plus tôt les vendredi et veille de jours de fêtes

-Restaurants en Israël:

Il y en a vraiment de tout les niveaux et pour tout les goûts : Il y a des fast food style Mac Donald, de la cuisine gastronomique, asiatique, italienne, argentine, marocaine et bien sur la cuisine locale avec ses grillades, ses shawarma et ses boulettes de fallafel, chacun y trouve son plaisir!
Pour les restaurants kacher ils sont uniquement de lait ou de viandes mais pas les deux! ne soyez donc pas surpris si il n’y a pas de fromage dans un restaurant de viande ou de bout de viande sur votre pizza ! 
Les restaurant kacher doivent détenir un certificat de kacherout en règle émanant du Grand Rabinat d’Israël et sont fermés le Shabat (le samedi)

-Médias en Israel:

Il parait en Israël 17 quotidiens en hébreu et une dizaine en d’autres langues (dont l’arabe). Citons Haaretz (progressiste), Yediot Aharonot (populaire), Hazofe (sioniste religieux) ; le Jerusalem Post est un quotidien en anglais (avec une édition française hebdomadaire). Le Ptit Hebdo est un hebdomadaire en français aussi très apprécié des francophone résidant le pays.
La radio diffuse tous les jours des émissions en hébreu et arabe, bien sûr, mais également en anglais, russe, français, yiddish, etc. Bulletins d’information en anglais et en français. Nombreux programmes en anglais à la télévision

-Les Hôtels en Israël:

Vous disposez d’hôtels traditionnels issus de chaines internationales ou locales. Des plus simples aux plus luxeux, mais aussi d’hôtels de charme, hôtels boutique, résidences, chalets, d’hôtes, ou Kibboutz-hôtels (villages associatifs) et formules «Tout Inclus » dans certaines villes comme Eilat-mer Rouge.

Booking.com

Booking.com