MITCH'S PHOTOS

Une partie de mon Univers

COMMENT CIRCULER ?

Israël dispose d’un système de transports efficace et bon marché, avec des bus qui vont à peu près partout et des trains reliant les grandes villes.

La Cisjordanie est desservie par des bus locaux circulant entre les villes et Jérusalem-Est, et par une myriade de taxis et de sherout

Bus

Israël

Presque tous les villages, villes et kibboutz sont desservis par un bus plusieurs fois par jour, mais du vendredi après-midi au samedi soir, la plupart des lignes interurbaines ne circulent pas (sauf celles pour Eilat et Majdal Shams).
Voici à titre indicatif quelques exemples de tarifs d’allers simples :

  • De Jérusalem à Tel-Aviv : 19 NIS
  • De Tel-Aviv à Kiryat Shmona : 49,50 NIS
  • De Tel-Aviv à Eilat : 82 NIS

Les billets s’achètent aux guichets des gares routières ou auprès des chauffeurs, qui rendent la monnaie. Les billets aller-retour, disponibles sur certaines lignes (comme celle pour Eilat), coûtent 15% de moins que deux billets simples.
La plupart des réductions s’obtiennent à l’aide de la carte rechargeable Rav-Kav, disponible en deux versions : personnalisée (ishi), qui nécessite une photo d’identité et un formulaire à remplir ; ou anonyme (anonimi), vendue dans les gares (5 NIS) et par les chauffeurs (10 NIS), qui est non nominative et donne droit à des réductions plus limitées. Les deux cartes vous font bénéficier d’une réduction de 20% sur tous les billets, mais vous devez posséder un compte Rav-Kav différent pour chaque compagnie de bus (une carte peut contenir jusqu’à 8 comptes).
On dénombre une vingtaine de compagnies de bus, dont Egged et Dan, qui rivalisent sur des appels d’offre du ministère des Transports. Le Public Transportation Info Center (1 900 72 1111 ; www.bus.co.il), assez simple d’utilisation, détaille en anglais toutes les lignes, les horaires et les prix. Les applications pour Android et iPhone peuvent être téléchargées depuis le site Internet. Pour obtenir des informations par SMS, envoyez votre question (en hébreu uniquement) en commençant par le mot otobus au 4949.
Quelques compagnies de bus que vous croiserez certainement :

Les seuls billets qu’il faut réserver sont ceux de la compagnie Egged vers/depuis Eilat : réservez par Internet jusqu’à 14 jours à l’avance sur www.egged.co.il, par smartphone ou par téléphone (appelez le 2800 ou % 03-694 8888). Il se peut que le système de réservation n’accepte que les cartes bancaires israéliennes ; PayPal peut être une autre solution.

Cisjordanie

À Jérusalem-Est et en Cisjordanie, quelques petites compagnies de bus arabes assurent le transport public. Elles fonctionnent tous les jours de la semaine.

Circuits organisés locaux

En Israël, cette solution est parfaite si vous disposez de peu de temps ou avez un centre d’intérêt particulier ; ceux qui sont proposés par la Society for the Protection of Nature in Israelconviennent parfaitement aux amoureux de la nature.
En Cisjordanie, les circuits sont un bon moyen de se familiariser avec la région, tout en étant sûrs.

Israël

  • Abraham Tours (02-566 0045 ; www.abrahamtours.com). Excellentes excursions à la journée pour Jérusalem, la Cisjordanie (y compris Bethléem, Naplouse et un “circuit à double récit” d’Hébron), la mer Morte, Massada, Haïfa, la Galilée et le Golan. Pour Pétra également.
  • Bein Harim Tours (03-542 2000 ; www.beinharim.co.il). Circuits sur mesure en Israël et excursions à Pétra.
  • Society for the Protection of Nature in Israel (SPNI ; 057 200 3030 ; www.teva.org.il). La SPNI offre des circuits “yarok” (verts) qui conviennent à toute la famille. Consultez le site Internet pour une liste de sorties d’un ou deux jours, notamment l’observation des étoiles dans le désert (le vendredi soir) et des excursions familiales d’un week-end. Seul le site en hébreu répertorie les circuits.
  • Touring Israel (077-450 3900 ; www.touringisrael.com). Circuits sur mesure et haut de gamme en Israël.
  • United Tours (03-617 3333 ; www.unitedtours.co.il). Important opérateur proposant des circuits d’un ou deux jours dans tout le pays.

Territoires palestiniens

  • Tours (052 286 4205 ; www.alternativetours.ps). Circuits à la fois “politiques” et “touristiques” d’une journée.
    Alternative Tourism Group (02-277 2151 ; www.atg.ps). Culture, religion et politique, et randonnées sur le sentier de la Nativité de Nazareth à Bethléem.
  • Green Olive Tours (03-721 9540 ; www.greenolivetours.com). Vaste choix d’excursions très politiques mais intéressantes d’un ou plusieurs jours en Israël et en Cisjordanie.
  • Hijazi Travel (059 952 3844 ; hijazih.wordpress.com). Le propriétaire, Hijazi Eid, est spécialisé dans la randonnée et le trekking en Cisjordanie, et dans les circuits en ville.

En stop

Si le stop était jadis un excellent moyen de transport en Israël, les violences récentes, y compris les enlèvements, en font une aventure périlleuse que nous ne recommandons pas. Les femmes ne doivent pas faire du stop sans être accompagnées par un homme, et tous doivent faire attention aux véhicules dans lesquels ils montent. Dans la région, on fait de l’auto-stop en pointant simplement un index vers le sol. Le stop se pratique surtout en haute Galilée et dans le Golan.

Sherout (taxi partagé)

Les Israéliens l’appellent sherout et les Palestiniens “service taxi”, mais quel que soit le nom, c’est un moyen pratique pour se déplacer. Ces véhicules, généralement des minivans de 13 places, circulent sur un itinéraire et un prix fixes, comme les bus sauf qu’ils n’ont pas d’arrêts déterminés. Si vous ne connaissez pas le tarif, demandez aux autres passagers.
Les sherout (pluriel hébreu : moni’ot sherut – le mot sherutim signifie “toilettes” !) sont souvent plus rapides que les bus. Ils partent d’une station reconnaissable, mais seulement quand ils sont complets : vous aurez sans doute un peu d’attente, mais rarement plus de 20 minutes. Vous pouvez descendre n’importe où, mais devrez probablement vous acquitter du prix total jusqu’à la destination finale. De nombreux sherout circulent 7j/7 et 24h/24 ; c’est le seul transport public en service en Israël pendant le shabbat et les fêtes juives, par exemple entre Tel-Aviv et Jérusalem. Les prix sont les mêmes, voire plus bas, que ceux des bus, sauf pendant le shabbat, où ils augmentent légèrement.
En Cisjordanie, les “service taxi” abondent : il peut s’agir aussi bien de vieilles Mercedes bringuebalantes que de minibus. Ils sont alignés à proximité des grandes places, comme à Ramallah. Des sherout réguliers relient Nazareth à Jénine.

Train

Israel Railways (5770, 077 -232 4000 ; www.rail.co.il) gère un réseau confortable et commode de trains ; les détails concernant les heures de départ sont disponibles auprès du Public Transportation Info Center (1 900 72 1111 ; www.bus.co.il). Les trains ne circulent pas du vendredi, en milieu d’après-midi, au samedi soir. Les billets aller-retour coûtent 10% de moins que deux billets simples ; les enfants de moins de 10 ans bénéficient de 20% de réduction. Contrairement aux bus, les trains en Israël sont accessibles en fauteuil roulant.
La plus ancienne ligne, inaugurée en 1892 et célèbre pour être panoramique, relie 3 gares de Tel-Aviv au sud de Jérusalem (23,50 NIS, 1 heure 30).
La ligne principale la plus fréquentée longe la côte au moins 2 fois par heure, offrant une belle vue sur la Méditerranée en reliant Tel-Aviv aux destinations suivantes :

  • Haïfa (32 NIS, 1 heure)
  • Acre (41,50 NIS, 1 heure 30)
  • Nahariya (46,50 NIS, 1 heure 30)

D’autres lignes utiles depuis Tel-Aviv desservent :

  • aéroport Ben Gourion (16 NIS, 18 minutes, au moins toutes les heures 24h/24 sauf pendant le shabbat)
  • Beer Sheva (31,50 NIS, 1 heure 30, toutes les heures)

La construction d’une ligne à grande vitesse, d’un coût de 2 milliards de dollars, a commencé entre Tel-Aviv et Jérusalem (30 minutes), avec un arrêt à l’aéroport Ben Gourion ; les travaux devraient s’achever en 2017. Une autre ligne à grande vitesse entre Haïfa et Beit She’an (60 km) est prévue pour 2016.

Transports urbains

Bus

Les bus locaux desservent chaque recoin des grandes villes mais si vous ne lisez pas l’hébreu, les itinéraires peuvent se révéler difficiles à comprendre – demandez aux habitants ou aux chauffeurs de bus.

Taxi

Les taxis “spéciaux” (speshel ; c’est-à-dire non partagés) peuvent être très pratiques mais parfois pénibles, à cause de quelques chauffeurs peu scrupuleux qui appliquent des tarifs élevés pour les touristes. Le meilleur moyen d’éviter cela est de donner une adresse avec assurance, en indiquant un croisement. L’utilisation du compteur est presque toujours à votre avantage (la loi oblige le chauffeur à le démarrer si vous le demandez) ; assurez-vous qu’il est réinitialisé au prix de départ avant de monter. Une course dans Jérusalem ou Tel-Aviv devrait être de l’ordre de 30 NIS à 50 NIS.
Le compteur démarre à 12,30 NIS (10,50 NIS à Eilat). Le tarif 2 (25% plus cher que le tarif 1) s’applique entre 21h et 5h30, ainsi que le jour du shabbat et les jours de fêtes juives. L’attente est facturée 94 NIS l’heure. Comptez un supplément pour :

  • être récupéré à l’aéroport Ben Gourion – 5 NIS
  • un bagage de taille normale – 4,40 NIS
  • les 3e et 4e passagers – 4,90 NIS chacun
  • la réservation téléphonique – 5,20 NIS.

Vélo

Le vélo est un excellent moyen de se déplacer en Israël. Les distances entre villes, villages, réserves naturelles et sites archéologiques sont relativement courtes ; de nombreuses routes ont de larges accotements (mais méfiez-vous des automobilistes, souvent imprévisibles ; circuler à vélo est interdit sur certains grands axes) et vous trouverez des sentiers pour bicyclettes et des chemins qui offrent de très beaux paysages. Sans compter que la petite reine se prête merveilleusement aux rencontres et à une découverte authentique du pays. Mieux, c’est gratuit et écologique !
Le pire ennemi du cycliste en Israël – hormis les automobilistes – est la chaleur. Partez toujours le plus tôt possible et emportez beaucoup d’eau. Veillez aussi à bien choisir votre itinéraire : si la plaine littorale est plutôt plate, en haute Galilée, dans le Golan et la région de la mer Morte les pentes abruptes sont très nombreuses, et le désert du Néguev et la vallée du Jourdain sont écrasés de chaleur. Une des meilleures randonnées à vélo à la journée est sans doute celle qui fait le tour du lac de Tibériade (plusieurs auberges de Tibériade louent des bicyclettes).
Les bus interurbains acceptent les vélos gratuitement, tout comme les trains – y compris ceux en direction de l’aéroport Ben Gourion – sauf pendant les heures de pointe (de 6h à 9h et de 15h à 19h) du dimanche au jeudi et le samedi soir (il n’y a pas d’heure de pointe le vendredi et la veille des fêtes juives, tous les trains acceptent les bicyclettes). Les vélos pliants sont acceptés à l’intérieur des bus et dans tous les trains.
Certaines boutiques spécialisées en Israël louent des vélos à la semaine, et proposent parfois de racheter votre vélo à bon prix si vous en achetez un neuf sur place. Vous trouverez de nombreuses boutiques à Tel-Aviv (dans la rue HaHashmona’im), à JérusalemHaïfa et dans d’autres villes ; les plus grandes chaînes sont Rosen & Meents (1-599 501 090 ; www.rosen-meents.co.il) et Matzman & Merutz (03-562 6789 ; www.matzman-merutz.co.il). La location de vélo ne se fait pas vraiment dans les Territoires palestiniens, mais vous devriez pouvoir passer les postes de contrôle sans encombre avec votre propre bicyclette.
Certaines compagnies aériennes vous permettent d’emporter votre vélo à moindre coût, mais d’autres facturent une fortune, donc mieux vaut vérifier avant de réserver.

Voie aérienne

Tous les jours de la semaine, les vols pour Eilat depuis les aéroports Sde Dov de Tel-Aviv (fermeture prévue en 2016), Ben Gourion et Haïfa sont gérés par Arkia (www.arkia.com) et Israir (www.israirairlines.com).
Des offres sont souvent proposées en ligne. Vous pourrez trouver des allers depuis/vers Ben Gourion pour seulement 25 $US, le prix d’un ticket de bus !

Voiture et moto

Pour conduire en Israël et dans les Territoires palestiniens, il suffit d’avoir un permis en règle (le permis de conduire international n’est pas nécessaire).
L’automobile club d’Israël est le Memsi (02-625 9711 ; www.memsi.co.il ; 31 Ben Yehuda St, Jérusalem).

Location

de voyager à son rythme, de séjourner dans des pensions reculées, de se perdre sur les petites routes et, s’il le faut, de parcourir de longues distances en peu de temps. Sans grand intérêt à Jérusalem ou Tel-Aviv, où se garer est un véritable problème, c’est une excellente idée à Haïfa et en Galilée, dans le Golan et le Néguev, où beaucoup de villes et villages sont peu desservis par les bus.
Les agences de location sont concentrées dans la rue HaYarkon à Tel-Aviv (à un pâté de maisons de la plage), mais la plupart ont des bureaux dans tout le pays. Parmi les agences figurent :

La location avec assurance et kilométrage illimité est très avantageuse, à 140 NIS par jour, 200 $US la semaine ou 600 $US par mois (les prix extrêmement bon marché annoncés en ligne ne comprennent par l’assurance). Les Israéliens, contrairement aux touristes, paient une TVA (18%) sur la location. D’importantes réductions sont disponibles en ligne, sur les sites qui vendent également des billets d’avion. L’essence coûte environ 2 $US le litre.

Lisez attentivement votre contrat d’assurance dans sa totalité, surtout les passages concernant la franchise (déductible), qui peut s’élever à 400 $US ou plus – mais en payant un supplément (environ 18 $US), vous pourrez la réduire à zéro. Certaines cartes bancaires vous offrent une assurance CDW (Collision Damage Waver) gratuite mais il se peut que vous deviez tout de même souscrire à une assurance de responsabilité civile (tiers) – vérifiez avec votre banque. Même les polices d’assurance vendues par les agences de location ne vous couvrent généralement pas contre les dommages au châssis ou aux pneus.

État des routes

La plupart des routes israéliennes sont en bon état, mais les plus récentes, construites suivant les normes de sécurité actuelles, sont plus sûres. Une importante minorité d’Israéliens conduit de façon imprévisible et/ou agressive. Soyez toujours prudent et attentif.
Les routes reliant le nord au sud portent des numéros pairs, celles reliant l’est à l’ouest des numéros impairs ; en général, plus on se dirige vers le nord ou vers l’est, plus les numéros augmentent. Ainsi, la route 2 longe la côte méditerranéenne, tandis que la route 90 suit la frontière jordanienne, à l’est du pays ; la route la plus au nord d’Israël, près de la frontière libanaise, est la route 99. La route 1 fait exception et relie Tel-Aviv à Jérusalem et à la mer Morte.
Israël compte 3 routes payantes :

  • La route 6 (Kvish Shesh ; www.kvish6.co.il) remonte 140 km au centre du pays. Les factures – jusqu’à 33 NIS – sont envoyées aux propriétaires des voitures grâce à une base de données nationale des plaques d’immatriculation.
  • Carmel Tunnels (www.carmeltunnels.co.il ; 1/2 tronçons 7,50/14,90 NIS). Passe sous le mont Carmel au sud de Haïfa. Le paiement peut se faire en espèces ou par carte bancaire.
  • Fast Lane (Nativ Mahir ; www.fastlane.co.il). Une voie express de 13 km entre l’aéroport Ben Gourion et Tel-Aviv. Les tarifs varient suivant le trafic – plus il est mauvais, plus vous payez.

En Cisjordanie, les routes réservées aux colons israéliens sont généralement modernes et rapides, mais sur les autres routes, la circulation est souvent ralentie par des charrettes tirées par des ânes, des bouchons et des checkpoints de l’armée.

Code de la route

En Israël et dans les Territoires palestiniens, on conduit à droite. Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire en permanence. 
À moins d’utiliser un kit mains libres, il est interdit d’utiliser son téléphone portable en conduisant ; l’amende est d’environ 1 000 NIS.
La signalisation israélienne est donnée en anglais, en hébreu et (généralement) en arabe ; les transcriptions sont parfois insolites. Les meilleures cartes routières sont réalisées par Mapa (www.mapa.co.il/maps) et sont disponibles dans toutes les librairies.
De novembre à mars, les phares doivent toujours être allumés sur les routes interurbaines.
Les voitures de police israéliennes ont toujours leurs gyrophares bleus (parfois rouge et bleu) allumés. Si vous apercevez la lumière dans votre rétroviseur, cela ne signifie pas que vous devez vous arrêter (dans ce cas, ils vous feront signe).

Avec Lonely Planet.

Booking.com .

Booking.com